Vers l'arbre
mage1.gif" height=15 width=15>
Histoire récente
De 1833 à 1839 les provinces basques du sud s'engagent dans les guerres Carlistes. A la mort de Ferdinant VII
d'Espagne, deux clans s'opposent: les partisans du frère du roi: Don Carlos, et ceux de sa fille Isabelle. Don Carlos
s'appuie sur la défense des Fors et le catholicisme pour profiter de l'appuis des basques. Les Basques du Nord
signent un manifeste de soutien. Le chef de l'armée Basque est tué au siège de Bilbao en 1835, puis ils subissent
la bataille de Somorrostro, leur armée est vaincue en 1839. La convention de Bergara, formalise la perte de
l'autonomie pour l'Alaba, la Biscaye, le Guipuzcoa, tandis que l'état Navarrais est aboli. La douane Espagnole
remonte de l'Ebre à la Bidassoa en 1841. La seconde guerre Carliste 1872 1876, et la seconde défaite des
basques, amène un centralisme Espagnol plus marqué. En 1876, le 21 juillet: la loi espagnole supprime les fors,
les Basques deviennent des sujets espagnols comme les autres.
La société rurale basque se caractérise alors par l'émiettement des fortunes
mobilières et financières et un grand nombre de petits propriétaires. La situation économique de la première
moitié du XIX° siècle entraîne des disettes et l'effondrement de la production artisanale et sidérurgique
aboutissant à la paupérisation de la société rurale. L'exode massif des Basques vers les Amériques débute à
cette période. La Biscaye est un peu épargnée avec le développement d'une sidérurgie moderne.
La France et l'Espagne, fixent la frontière dans les ex-états Navarrais, et mettent fin à l'indivision du Pays Quint
(vallée des Aldudes) en 1856.
Entre la seconde moitié du XIX° siècle et le début du XX° les populations
d'Hendaye et de Biarritz vont plus que doubler en raison des transformations urbaine et économique de la
façade Atlantique. Le Pays Basque est rendu accessible depuis les grandes métropoles Françaises et
Européennes grâce aux chemins de fer, dès 1854 à Bayonne, et quelques années plus tard à Saint Jean Pied de
Port. Le séjour de Victor Hugo et du couple impérial va marquer les débuts de l'affluence pour Biarritz station
balnéaire de renommée Européenne. C'est à cette époque qu'apparaissent aussi les premiers aménagements
touristiques : Golf, Casinos, bains de mer ...
L'arrivée d'Edmond Rostand à Cambo les Bains amorça la pénétration du tourisme à l'intérieur du Pays Basque
au début du XX° siècle.
Le parti nationaliste basque est fondé en 1895, la nation basque est définie comme Euskadi. Un drapeau est créé
pour les sept provinces, Vert pour l'espoir, rouge pour le sang et les origines, la croix blanche pour la foi.
Durant la période précédant la première guerre mondiale les forges du Boucau firent jouer à Bayonne un double
rôle industriel et commercial. Hasparen et Mauléon quant à elles connaissent la gloire avec le développement de
l'industrie de la chaussure.
Au début des années 30 l'industrie au Pays Basque connaît un déclin qui dure tout au long du XX° siècle. Le pays
basque Espagnol est plus favorisé industriellement, mais il a subi les guerres carlistes, il va subir la guerre civile
puis le réveil du nationalisme et enfin le Franquisme. En 1932 le premier Aberri Eguna : Jour de la nation Basque
est célébré par 65000 Basques. En 1936 Le premier gouvernement d'Euskadi est formé, son armée fait face aux
militaires espagnols de Franco.
L'aviation Nazie bombarde Guernica le lundi 26 avril 1937 pour le compte du
gouvernement espagnol. Avec la victoire du franquisme : l'Etat Basque est anéanti ; pour 800000 habitants le bilan
est lourd prés de 45000 morts, 150000 exilés.
En 1941 le Conseil National Basque (du Sud) est formé à Londres, Fin Aout 1941, un gouvernement basque est
formé a New York.
Dans les années 50 le port de Saint-Jean de Luz est relancé par la pratique de la pêche au thon à l'appât vivant.
Dix ans après c'est l'apogée de la pêche industrielle. 1959 création de l'ETA Euskadi Ta Askatasuna (pays de
langues basques et liberté) dans le pays basque Sud, suivi en 1963 en Euskadi-Nord de L'Enbata. (nom d'un
violent coup de vent d'Ouest amenant un changement de temps radical, caractéristique de la côte basque, ce
coup de vent est souvent défini comme "brouillarta" ou "brouille l'Arta" à saint jean de Luz, de "Galerne" ou
"entrée maritime" en France, de "Galernas" en Espagne). Ce mouvement est interdit depuis 1974. Un an après
que l'ETA ait exécuté le premier ministre Espagnol Carréro Blanco. 1975 Mort de franco.

La production de lait est une des principales sources de revenus entre 1951 et 1966 dans la région. La révolution
du monde rural n'arrête pas pour autant sa désertification. L'éducation nationale, arrivée de la radio puis de la
télévision sont les forts moteurs de pertes de la culture au Pays basque. Le Pays basque tourne alors tout son
développement économique vers le tourisme.

1976 massacres de Vitoria et de Montejurra. Lors du 100 eme anniversaire de la suppression des Fors, prés de
100000 Basques (du Sud) et de nombreux maires réunis à Bergara revendiques l'autonomie interne. Les statuts
d'autonomie sont donnés au pays basque du sud : le gouvernement d'Euskadi siège a Vitoria (Biscaye Alaba,
Guipuzcoa) le gouvernement de Navarre à Pampelune.